Skip to content

Ilhas Unidas do Rio de Janeiro

5 août 2013

Concours Rio CityVision 2013

Rio is under water, worst climate change scenario, this dualistic metropole shows up a perfect resilience capacity to face it. What would happen if the water level were to rise ten meters? No more beaches, no more bridges between the islands of the Guanabara Bay. The fight with the rain water is over. The Rio-Niteroi Bridge is now just a road for electric cars and bikes.

RioCityVision_1

This is the perfect occasion to figure out Rio as a bay metropole including the two sides of the bay. The north zone becomes a real city and Rio is no longer a little south zone centered beach city. The hills (morros) become islands and the tops are really valued as they have become the only space protected from waters rising and luxurius condominiums emerge.

With this scenario, it is possible to take an electric boat in Copacabana to go to the north part of the Guanabara bay to have a grilled fish. All the means of transport are green and electric, water transportation and bikes, cars are no longer used into the city.

The two main forms of housing of Rio, favelas houses (casa de favela) and secured buildings (condominio) present two different ways of living and a very good combination to fit to this new situation. The secured buildings can be adapted like this: the first 4 or 5 floors of car park immersed, become very useful to park now personal watercrafts and desalinization machines for the inhabitants, the playground space is just above the water and can still continue to play its role with more gardening, and the housing floors can remain as they are. The roof top is now used for gardening and sunbathing (as there is no more beaches on the coast, so artificial beach islands).

RioCityVision_2

As for the favelas houses, their container style architecture can be easily reconstructed on new moving islands along the bay. These islands are made of recycled elements and can be productive islands: food, desalting water… They float above the water thanks to a system of plastic cans. They can be fixed to the closed buildings that can also be harbors. They can be directly linked to the business buildings and this partly resolves the problems of transport in the city. Now the choice to live near from the work place is real.

In front of this climate change, Rio adopts all the latest urban policies and architectural green technics. In particular, the concrete has been treated to resist to the water and the structure that already existed has been refurbished. A very good waste/water combined system has been implemented: machine islands along the bay and particular machines for the secured buildings and the favelas islands keeping the bay totally clean.

This scenario illustrates how today’s two dualistic forms of housing can be totally complementary in this new situation. With the morros islands, the new favelas islands and the condominios islands new urban and complementary system, we can really speak about The United Islands of Rio de Janeiro.

TEAM: Antoine Soulier-Thomazeau, Raphaël Burgeat, Laure Beringuer et Laure Gourbaud

La Baie de Guanabara, défis et possibilités, août 2010

30 décembre 2010

La faculté d’Arts visuels de l’Université PUC de Rio de Janeiro a organisé un concours sur ce thème en août 2010. Suite à l’expérience du workshop RIO2050, j’ai poursuivi l’idée d’une ville recentrée sur la baie de Guanabara où l’eau serait de nouveau propre et où les plages et le parc urbain tropical du fond de la baie seraient une sortie aussi commune que la plage de Copacabana. J’ai alors imaginé une carte touristique de la ville en 2050. Mon projet a été sélectionné parmi les trente rendus qui ont été exposés sous les fameux pilotis de la PUC à Rio en août 2010.

RIO2050

30 décembre 2010

En juin 2010, les deux architectes cariocas, Pedro Rivera et Pedro Evora de l’agence RuaLab, organisaient le workshop RIO2050 pour imaginer la métropole brésilienne dans 40 ans. Ce workshop regroupait graphistes, urbanistes, architectes et artistes. Après 3 jours de débats urbanistiques, les rendus devaient se faire sous forme de cartes postales venues du futur…

Le scénario de la favélisation généralisée de la ville. Rio, toujours la cité merveilleuse?

Une ville enfin centrée sur les forces vives de sa population: la zone nord, centre-ville de l’agglomération carioca?

Ipanema, Leblon et Copacabana relégués au rang de quartiers anciens dévalorisés?

Ajourd’hui la ville de Rio se couvre de téléphériques, nécessaires pour désenclaver les favelas. Rio, candidate pour les Jeux d’hivers en 2052?

Une vue idéalisée de la métropole: centrée sur la Baie de Guanabara, la ville se déploie entre montagnes, forêts, plages, océan et îles. Cité merveuilleuse pour toujours?

J’ai réalisé ces 5 cartes postales avec Photoshop et Illustrator.

Ce workshop a été suivi de publications dans le quotidien brésilien O Globo et la revue spécialisée AU Arquitetura e Urbanismo (visibles dans la page Press de ce blog)

Coopération décentralisée et « fabrique de la ville », le cas de la coopération Paris-rio de Janeiro

28 décembre 2010

Résumé du mémoire: 

          L’international (coopération décentralisée et activité internationale privée) est devenu une activité importante des agences d’urbanisme du réseau FNAU (Fédération Nationale des Agences d’Urbanisme). Dans le cadre des coopérations décentralisées qui impliquent les agences d’urbanisme, à quels résultats assiste-t-on en termes de « fabrique de la ville » ? Et comment ? C’est à cette dernière question que la présente étude tente de répondre dans le cadre de la coopération décentralisée entre les villes de Paris et de Rio de Janeiro. Cette coopération a été mise en place depuis 2004. Dans ce cadre, l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR) est venu en appui sur les questions de projets urbains. A partir de l’expérience des travaux de coopération réalisés depuis 2004 et surtout de ceux du dernier volet de coopération en 2009 et 2010, nous verrons comment la « fabrique de la ville » dans ce mode de travail s’opère. Infrastructure de coopération, acteurs solides, dialogue, missions, appropriation des études et traduction locale des projets semblent être la clé de ce « comment » réaliser la fabrique de la ville dans un contexte de coopération décentralisée en urbanisme. Mise à la lumière de l’expérience Paris-Rio, nous verrons que ce schéma mérite nombre d’adaptations. Cette étude est enfin le témoin de la richesse urbanistique que permettent de créer les coopérations décentralisées en urbanisme.

Vous pouvez télécharger ce mémoire ici.

O resumo da monografia:

          O internacional (cooperação descentralizada e atividades privadas internacionais) tornou-se uma importante atividade das agências de planejamento da rede FNAU (Federação Nacional das Agencias de Urbanismo). No âmbito da cooperação descentralizada que envolvem órgãos de planejamento urbano, o que resulta é que assistimos em termos de “fazer a cidade”? E como? É esta última questão que este estudo tenha abordado no contexto da cooperação descentralizada entre as cidades de Paris e Rio de Janeiro. Esta cooperação foi estabelecida desde 2004. Neste contexto, o Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR) veio para as questões de projetos urbanos. A partir da experiência de trabalho cooperativo feito desde 2004 e, em especial as do último capítulo da cooperação em 2009 e 2010, vamos ver como a  » fábrica da cidade  » neste tipo de trabalho ocure. infra-estruturas de cooperação, os orgos sólidos, o diálogo, as missões, educação e participação nos projetos, parecem ser a chave para este « como » fazer a cidade, em um contexto de cooperação descentralizada no planejamento urbano. Com a experiência de Paris-Rio, vemos que esse esquema merece ajustes. Este estudo é a última testemunha da riqueza urbana que pode criar a cooperação descentralizada no planejamento urbano.

Pode baixar a monografia aqui.

Transport Brésil – Où en est-on du projet de TGV Rio – São Paulo ?

25 novembre 2010

Projet nécessaire ou projet mégalo ? Le projet emblématique du Programme d’accélération de la croissance (PAC) voulu par le Président Lula avance lentement mais sûrement. Il semble pourtant faire plus de mécontents que d’enthousiastes, pourquoi ?

Le projet de tracé de la ligne TGV Rio-São Paulo (Réalisation : A.S-T)

Lire la suite…

Urbanisme Rio – Le Morro São Carlos, splendeurs et misères dans le centre de Rio

3 novembre 2010

Le Morro São Carlos est une colline au début de l’avenue Presidente Vargas dans le Centro de Rio. Très contrastée, elle renferme encore des réduits d’insalubrité choquants pour le centre de la ville merveilleuse mais bénéficie, heureusement, d’un avenir prometteur.

Cachoeiras de esgoto (cascades d’égout), côté nord du Morro São Carlos  (Photo : A.S-T)

Lire la suite…

Photo – Vol au dessus de Rio en hélicoptère #10 : Rio Comprido

21 octobre 2010

Le PetitJournal.com vous présente la dixième et dernière photo de sa série « Rio vu du ciel », à bord d’un hélicoptère. Privilège magique que de découvrir la ville merveilleuse ainsi ! Aujourd’hui : Rio Comprido.

Rio Comprido, le 20 juillet 2010 (Photo: A.S-T)

Rio Comprido est le nom de la rivière qui coule sous le viaduc de l’avenue Paulo de Frontin qui sort du tunnel Rebouças vers la zone nord. Sur la photo, prise du nord vers le sud, on voit très bien le Christ en haut à droite, cette rivière coule sur le côté droit. Nous sommes donc ici au début de la zone nord de Rio, Ipanema est situé de l’autre côté de la montagne que l’on voit. On devine également Santa Teresa, sur la gauche de la photo et sur la deuxième ligne de crête.

Rio Comprido est un grand quartier qui comprend de nombreuses favelas : le complexo do morro São Carlos (complexe de favelas, les maisons bleues sur la photo), le morro da Coroa, Fallet, Fogueteiro et le morro dos Prazeres (la favela située juste en dessous du Christ sur la photo et décor du film Troupe d’élite). Il renferme également une zone en plein développement, Cidade Nova, en bas sur la photo, ainsi que le Sambodromo. Il sera à proximité immédiate de la future gare TGV de Rio, Leopoldina, à l’horizon 2017. Dans le prolongement du Centro et du Port en pleine reconversion, c’est la future zone prometteuse de Rio. Et c’est déjà le secteur faisant l’objet de l’élaboration d’un projet urbain dans le cadre de la coopération des villes de Rio et Paris en cours.

Article paru dans LePetitJournal.com le 7 octobre 2010

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.