Skip to content

L’écoquartier Camélinat à Aulnay-sous-Bois, le défi de la transformation urbaine et durable d’un quartier pavillonnaire

3 août 2010

Ecrit par Maryam Benzebiba et Antoine Soulier, M2pro Urbanisme Paris 1 Promotion 2010

Il s’agit ici de relater l’expérience de notre atelier professionnel de Master 2 (2009-2010). Notre équipe était composée de six étudiants : Julia Baumaire, Maryam Benzebiba, Paul Citron, Mélusine Hucault, Jean-Baptiste Rideau et Antoine Soulier, et sous la direction de Xavier Desjardins, Maître de conférences. L’étude s’est déroulée de novembre 2009 à la fin mars 2010 (5 mois).

Une commande inédite d’écoquartier en tissu pavillonnaire existant

La commande a été passée par la commune d’Aulnay-sous-Bois. C’est une ville de 80 000 habitants, située en Seine-Saint-Denis, à 20 minutes en RER B du centre de Paris. La ville présente un double visage. Son territoire est développé de façon linéaire selon un axe nord-sud. Au centre et au sud, autour de la gare RER (Paris-Roissy), s’est constitué un tissu pavillonnaire. Le nord, lui, secteur très éloigné de la gare RER, autour de la RN2, se caractérise par un tissu de grands ensembles (1950-1970) ainsi qu’une zone industrielle autour de l’usine Citroën, mais c’est aussi là que se trouvent les plus grands espaces verts de la ville.

Aulnay-sous-Bois, une commune du Nord de Paris Localisation du quartier Camélinat

Gare RER B Quartier Camélinat

Le quartier étudié se situe au sud de la gare RER. Il a été construit à l’emplacement de l’ancienne forêt de Bondy. Son urbanisation a commencé à la fin du XIXème siècle avec la construction de villas cossues pour de riches parisiens. Ceci a été rendu possible par la construction de la voie de chemin de fer Paris-Soisson lors de la deuxième moitié du XIXème siècle. Cette urbanisation, très diffuse, s’est complétée par la construction de maisons beaucoup plus populaires dans les années 1920-1930 avec la création de lotissements importants (bicoques, villas, maisons en pierre de meulière…). Au début des années 1950, pratiquement tous les lots avaient été construits et le quartier présente alors un visage quasi similaire à celui d’aujourd’hui. La valeur patrimoniale de ce tissu pavillonnaire est trés importante et a fait l’objet de plusieurs documentations.

La Mairie d’Aulnay nous a donc demandé une étude exploratoire pour la constitution d’un écoquartier dans le quartier situé autour de la Place Camélinat. La commande est inédite car à l’heure actuelle, en France et en Europe, aucun écoquartier n’a encore vu le jour sur un quartier entièrement construit et de surcroit un quartier pavillonnaire. La plupart des écoquartiers existants ou en projet naissent sur des friches industrielles ou au milieu des champs (en extension de la ville, ce qui est un comble pour un écoquartier). Le défi est donc de voir comment rendre durable un quartier pavillonnaire qui est a priori le type de tissu urbain le moins durable.

34 ha pour 25 îlots


Afin de cadrer notre réflexion nous avons délimité un périmètre de 34 hectares comprenant les îlots situés autour de la Place Camélinat et à proximité de la gare RER. Nous avons cependant beaucoup insisté pour dire que nos propositions peuvent s’appliquer à tous les îlots pavillonnaires du sud d’Aulnay.

Comment transformer en écoquartier, un quartier pavillonnaire entièrement construit ?

Ce sujet est capital car il concerne de très nombreuses communes de l’agglomération parisienne. Les quartiers résidentiels représentent une part importante de la surface bâtie de l’agglomération et c’est avant tout avec un travail sur l’existant que nous ferons des villes durables. Le quartier Camélinat présente en plus la chance d´être situé à 5 minutes à pied d’une gare RER. C’est donc un site avec un fort potentiel pour construire la ville durable.

Il a fallu penser à densifier sans altérer la qualité de vie du quartier pavillonnaire, repenser la sociabilité urbaine dans un quartier pavillonnaire et rendre vertueux tous les espaces (jardins privés, espaces publics, bâtiments…). Nous nous sommes attachés à privilégier une approche globale et non segementée de la ville durable.

Une méthode de travail entre réunions et scenarios
Des réunions régulières
L’ensemble de notre travail d’atelier a été rythmé par cinq réunions de travail organisées avec les personnes publiques associées (services techniques de la commune, etc.). Ces réunions ont été indispensables et très appréciées. Nous avons eu la chance d’être suivis ce qui est rare, d’autant plus lorsque le commanditaire est un élu.
• 1ère réunion, le 10 décembre 2009 : présentation de nos premiers résultats en termes de diagnostic territorial et précisions sur la commande.
• 2ème réunion, le 28 janvier 2010 : présentation d’un diagnostic morphologique, des enjeux du territoire dans le cadre de la création d’un écoquartier et définition de la forme du rendu final à savoir : création de scenarios.
• 3ème réunion, le 18 février 2010 : il s’agissait d’un éco-débat (sorte de réunion publique) organisé par la Maison de l’Environnement d’Aulnay-sous-Bois. Nous avons présenté aux habitants notre commande, le contexte dans lequel elle s’inscrit (la ville durable), nos méthodes de travail et nos résultats c’est-à-dire nos scenarios. Nous n’avons pas présenté nos scenarios en tant que tels mais nos idées de scenarios (concepts qu’ils regroupent, leurs enjeux, leurs objectifs etc.). Cette expérience a été très enrichissante en termes de communication. Nous avons réellement dû penser une méthode de concertation et adapter notre discours à notre public ce qui requiert beaucoup de pédagogie. Les esprits étaient plutôt réticents à nos propositions mais le dialogue a permis de trouver des points d’entente et de faire murir notre travail.
• 4ème réunion, le 19 février 2010 : compte-rendu de l’éco-débat avec le commanditaire et certains techniciens de la commune. Cette réunion a été l’occasion de s’accorder sur l’organisation et la présentation de nos scenarios.
• 5ème réunion, le 12 mars 2010 : présentation de la première version de nos scenarios aux services techniques de la ville, suivie d’un débat. A l’issue de cette réunion, le commanditaire a choisi les scenarios qu’il a souhaité que l’on développe au maximum.

Une démarche par scenario
La démarche adoptée consiste en la construction de scenarios décrivant des évolutions durables du quartier Camélinat. Il s’agit de la densification (Scénario Pavillon²), de l’agriculture en ville (Scénario Cultivons notre quartier), ainsi que du partage et de la mutualisation des différents espaces par les habitants (Scénario Quartier partagé). Ces scénarios répondent aux enjeux spécifiques identifiés dans le quartier en proposant des alternatives. Ces scénarios s’appuient plus spécifiquement sur des espaces « pilotes » que sont la Place Camélinat, la parcelle du commissariat et la parcelle de l’annexe du collège, qui sont deux parcelles dont la commune envisage la mutation à plus court terme et que nous pouvions utiliser comme tel.

Qu’est-ce qu’un scenario ?
• Un scénario est une image fictive ou une représentation du futur qui doit être constructive afin d’aider les décideurs à faire des choix.
• Un scénario développe des réflexions, il ne s’agit pas de solutions applicables immédiatement, ce n’est donc pas un projet.
• Un scénario permet d’être systématique et de creuser en profondeur des idées. Si l’écoquartier se réalise, aucun des scénarios ne sera appliqué dans son intégralité.
• Un scénario doit faire réagir, et impulser un débat entre les acteurs du projet.

Une proposition de transformation contrôlée du quartier pavillonnaire en écoquartier

Le rendu définitif a eu lieu le 30 mars 2010, à la Mairie d’Aulnay-sous-Bois, en la présence d’Alain Amédro, Adjoint au Maire à l’Urbanisme d’Aunay et Vice-Président de la Région Ile-de-france à l’Aménagement du Territoire et d’autres élus et techniciens de la Marie. Notre rendu final s’est fait sous la forme d’un dossier et d’une présentation orale. Les images et textes produits sont devenus la propriété de la ville d’Aulnay-sous-Bois.

Les trois scénarios d’évolution proposés fonctionnent comme une boîte à outils pour faire évoluer de façon durable le quartier. Pour illustrer cette fonction de boîte à outils et surtout montrer l’approche globale adoptée, nous avons clos l’étude par « un scénario-conclusion » intitulé : Des scenarios au passage à l’acte : proposition d’un mode d’action.

Pavillons²

Le quartier Camélinat constitue un site de choix pour densifier la ville en raison de sa proximité à la gare d’Aulnay-sous-Bois (un RER toutes les trois minutes à destination de Gare du Nord à compter de 2012). Il s’agit de s’inscrire en cohérence avec l’ensemble des efforts orchestrés sur la région par les élus locaux, le conseil régional et le gouvernement (Projets de Christian Blanc) pour densifier autour des gares franciliennes.
La densité n’est pas qu’une question démographique (nombre d’habitants au kilomètre carré). Elle est aussi économique, sociale et culturelle. Il faut tenir compte des équipements commerciaux, éducatifs et de loisirs, des moyens de transport, de l’emploi. De fait, il s’agit de répondre par une densification qualitative correspondant à la qualité de vie proposée dans ce quartier, intensification urbaine pouvant induire plusieurs types d’actions et nous avons choisi :

• Constructions de pavillons en cœur d’îlot grâce à décalage de la parcelle sur la rue une densification horizontale et verticale du bâti s’intégrant dans le pavillonnaire existant sans le dénaturer. L’un d’y parvenir est de travailler sur les cœurs d’îlot. Ils représentent des espaces au fort potentiel de mutabilité. En effet, si chaque propriétaire met en commun une partie de son fond de parcelle, cela permet de construire d’autres pavillons voir des logements intermédiaires. La perte d’une partie de fond de parcelle se voyant compenser par un gain de terrain en front de rue. Il s’agit d’avancer les parcelles sur la rue quand celle-ci est assez large et bien exposée.

• un développement des activités économiques, en réponse à la proximité de la gare, mais également à la nécessité de rapprocher l’emploi (notamment des cadres) du domicile puisque malgré un ratio emploi/actif de 1,06, moins d’un quart des Aulnaysiens travaille à Aulnay, et seulement 16% des emplois de cadre sont à ce jour détenus par des Aulnaysiens.

• une réorientation des circulations et des déplacements afin d’optimiser le rabattement vers la gare RER ou routière (11% des usagers de la gare y viennent en voiture et 44,8% des trajets domicile-travail se font en voiture) et de requalifier des espaces publics devenus de simples lieux de transit. Par ailleurs, nous avons émis une proposition de tracé de ligne de tramway afin de mieux desservir la commune d’Aulnay-Sous-Bois et d’améliorer ses connexions avec les communes environnantes.

• une réorganisation du stationnement afin de lutter contre l’omniprésence de la voiture sur les places et dans les rues et de profiter de la capacité importante des parcs de stationnement (le diagnostic a montré notamment que les places de stationnement individuelles et sur rue suffisaient à couvrir les besoins des automobilistes).
• un travail sur la mixité sociale et fonctionnelle vers laquelle permet de tendre un quartier pavillonnaire.

Quartier partagé

Le diagnostic du quartier Camélinat rend compte d’une forte séparation entre l’espace privé et l’espace public. Peu de liens existent entre ces deux espaces. Il en découle un manque d’échange, de rencontre et de solidarité entre voisins. Cette lacune se reporte aussi sur les pratiques d’utilisation de l’espace public.
Nous avons supposé que cette dichotomie peut être due à l’absence d’un espace intermédiaire qui permettrait l’émergence de nouvelles pratiques de solidarités de voisinage. C’est dans ce type de « tiers espaces » que peuvent se construire de nouveaux rapports sociaux. La ville durable présente aussi se défit de devoir réinventer la sociabilité urbaine.

Ce scénario vise donc avant tout à réintroduire de la sociabilité entre l’ensemble des usagers du quartier et à créer des espaces de partage, et donc de rencontre. Mixité et solidarité en sont les maîtres mots. Pour ce faire nous avons réfléchi à l’échelle de l’espace public, privé et mutualisé (« tiers espace »).
Ce scenario ne s’adresse pas uniquement aux résidents du quartier mais également à toutes les personnes extérieures qui s’y rendent pour y travailler, y faire leurs achats, ou pour un événement particulier comme le marché bio.

Il ne s’agit pas seulement de favoriser la création de lien social afin que chacun élargisse son réseau. Cette sociabilité doit permettre aux habitants du quartier de répondre aux enjeux de la ville durable. Plus précisément, elle peut être un moyen de réduire les coûts générés par le mode de vie pavillonnaire.

Exemple de mutualisation en cœur d’îlot

Le quartier doit être partagé sous toutes ses formes (bien et service, espace privé, espace public etc.) pour réduire les coûts individuels (écologiques et économiques).
Par ailleurs, il s’agit de développer un quartier plus mixte dans ses fonctions mais aussi socialement.

Cultivons notre quartier

Le tout premier objectif de ce scénario était de voir si l’on pouvait rendre le quartier autosuffisant avec les 18ha d’espaces non construits qu’il possède. Evidemment cet objectif est irréalisable. L’enjeu de ce scénario a donc été de voir comment justifier le maintien de la totalité des espaces non-construits en espaces verts aux yeux du reste de l’agglomération. Comment rendre durable et profitable des espaces verts alors que la consommation d’espace doit être optimisé ?

Ce scénario propose donc d’optimiser les espaces verts pour en faire : de multiples jardins cultivés favorisant et la consommation de produits locaux et biologiques et la rencontre et l’insertion sociale ; des espaces de préservation et de développement de la biodiversité ; et d’en profiter pour organiser un réseau de noues dans tout le quartier et sur tous les bâtiments pour récupérer l’eau de pluie.

Notre proposition a véritablement été globale et concerne la totalité du quartier comme pour les trois scénarios (voir carte-bilan ci-dessous). Entre autre, nous avons proposé une série de jardin dont les utilisateurs diffèrent et permettent une utilisation optimale des espaces :
– les jardins privés
– les jardins mutualisés entre sont des jardins privés cultivés par un ou plusieurs voisins
– les jardins partagés situés en coeur d’îlot que l’on a mutualisés et qui sont cultivés par tous les habitants volontaires de l’îlot
– les jardins collectifs dans les copropriétés
– les balcons et les toits potagers, des solutions techniques étonnantes existent
– les jardins éphémèrs cultivés par des personnes en insertion de l’association de quartier
– les jardins pédagogiques sur les parcelles-pilotes de la mairie (terrain du collège)
– des maraîchers et des serres sur le splus grands terrains du quartier

Boîte à outils, scenario-conclusion

Cette dernière partie propose de montrer de quelle manière les trois scénarios peuvent servir de boîte à outils pour l’aménagement d’un écoquartier autour de la place Camélinat. En effet, un quartier durable est un quartier dans lequel ont été pris en compte tous les enjeux du développement durable.
Ainsi, cette partie expose des propositions d’assemblage des scenarios à l’échelle de l’îlot. Elles illustrent la transversalité rendue possible par l’assemblage des scénarios proposés. Ces propositions ne se limitent pas à des actions spatiales. En effet, ces dernières s’accompagnent d’abord de mesures de concertation avec les habitants qui répondent à l’objectif de démocratie participative, autre pilier de la construction de la ville durable.

Article à paraître dans la revue Urban’Essence

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :