Skip to content

Urbanisme Rio – Pedra de Guaratiba, un véritable village de pêcheurs dans Rio!

4 août 2010

La ville de Rio possède un territoire très étendu qui regroupe à la fois la ville-centre, la banlieue et la périphérie rurale. C’est une particularité bien carioca que l’on ne rencontre que très rarement dans les autres grandes villes du monde. Pedra de Guaratiba, située dans la zone ouest de Rio est un exemple de campagne à la ville bien curieux.

Rio, un territoire gigantesque

La superficie de Rio est de 1182 km², soit six fois la superficie du territoire de la ville de Paris (intramuros, 200km²). D’est en ouest, la capitale carioca renferme la ville-centre (Centro, Botafogo, Copacabana, Ipanema), la proche banlieue (Zona Norte, la zone des favelas et Barra da Tijuca, quartier du sud de Rio aux allures de Miami) et la banlieue rurale (Santa Cruz et Campo Grande). Le plus souvent ces trois catégories d’espaces urbains se trouvent sur plusieurs municipalités distinctes. On retrouve cependant au nord de Rio, des villes qui peuvent être qualifiées de « villes de banlieue » : Duque de Caixas, São João de Meriti ou encore Niloplis. Elles forment avec Rio, Niteroï et quelques autres villes, l’agglomération de Rio qui compte près de 11 millions d’habitants (IBGE, recensement 2000).

Pedra de Guaratiba, le village de pêcheurs carioca (Photo : A.S-T)

Pedra de Guaratiba, un village dans la ville

Cette situation inédite permet à la ville de Rio de renfermer des trésors. Pedra de Guaratiba en est un excellent exemple. Sur la route du sud, après Ipanema, Barra da Tijuca et Recreio, se trouve ce véritable havre de quiétude. Ce village (quartier de Rio en réalité) se trouve tout de même à une heure et demi de voiture du centre-ville, un jour de week-end (sans bouchon), ce qui donne une idée de l’étendue du territoire carioca. Seules s’y trouvent des maisons de un à deux étages, point d’immeubles. La place centrale de Pedra de Guaratiba regroupe de nombreux restaurants de poissons et de fruits de mer, achetés au marché de la criée de Sepetiba qui se trouve sur la même place. L’ambiance y est paisible et reposante. En cette saison (l’hiver), on n’y trouve que les habitués et les intrépides désirant sortir du tumulte des plages de Rio. Un ponton en bois a été installé par la Mairie. Il sert aux bâteaux de pêcheurs mais il permet aussi de s’avancer à l’intérieur de la baie de Sepetiba, autre magnifique splendeur naturelle. De jeunes habitants construisent même sur la plage des barques en bois, une image d’un autre temps au coeur même de la ville. Nous conseillons : les friands de crevettes (pasteis de camarão), la ratatouille de poissons (moqueca de peixe) et des boissons fraiches, au bar Budo (le bar Bu…), sur la place centrale et face à la baie, au soleil couchant (à 16 heures de l’après-midi à Rio en ce moment). Quand l’Urbanisme rejoint le plaisir de vivre, on découvre des quartiers cariocas inimaginables, au delà de la carte postale habituelle de la ville.

Article paru le 20 juillet 2010 dans LePetitJournal.com

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :